Gare aux injections pas cher ! Il vaut mieux choisir un Docteur spécialiste...





Un regard moins colérique grâce au botox. Une paire de lèvres volumineuse grâce aux fillers. Les procédures de beauté non invasives sont une activité en plein essor, en partie grâce aux médias sociaux. Les plus jeunes trouvent aussi leur chemin. "Ces clichés, c'est comme aller chez le coiffeur."


Dix-neuf : c'est l'âge d'Axelle Hoorelbeke (24 ans) lorsqu'elle a demandé pour la première fois à un médecin des informations sur les produits d'injections. "J'ai vu une fille avec de belles lèvres charnues et j'ai pensé : je veux ça aussi. Mon copain de l'époque avait également remarqué que mes lèvres étaient plutôt fines." Elle a opté pour un remplissage subtil chez un chirurgien plasticien d'un hôpital du Limbourg. Coût : 300 euros. "Je me fais retoucher les lèvres tous les six mois." Récemment, Hoorelbeke s'est également fait injecter du botox pour estomper les pattes d'oie autour de ses yeux. "Vous voyez un certain calme sur mon visage maintenant. Tout est plus serré. Et je me sens en confiance."


On ne sait pas combien de Belges ont effectué des procédures de beauté similaires. Parce qu'il n'y a pas de remboursement et le RIZIV/l'INAMI ne les enregistre pas. Les experts pensent que notre pays suit la tendance mondiale et qu'elle augmente depuis des années.


En 2020, l'ISAPS, l'association professionnelle internationale des chirurgiens plasticiens, a enregistré 24,5 millions de traitements cosmétiques dans le monde. Moins d'augmentations mammaires, de liposuccions ou de corrections du nez ont eu lieu au cours de l'année corona mais plus de procédures non-invasives, comme la toxine botulique (botox) et l'acide hyaluronique. Selon l'ISAPS, les injections pour lisser les rides ou embellir les lèvres sont utilisées 20% plus qu'il y a quatre ans.


Bien que ces types d'interventions soient en augmentation dans tous les groupes d'âge, l'accent est mis en grande partie sur les 18 à 25 ans. Aux Pays-Bas, le nombre de procédures avec botox et fillers chez les jeunes adultes avait doublé, passant de 3% à 8% il y a quelques années.


"Il s'agit encore d'un groupe relativement restreint", déclare Anne-Mette Hermans (Erasmus University Rotterdam). Elle ne s'inquiète pas du chiffre en soi, mais du fait que les jeunes considèrent de plus en plus les procédures cosmétiques comme normales. Les recherches d'Hermans, menées avec des experts de l'Université d'Amsterdam, de l'Université libre d'Amsterdam et du Centre médical Erasmus, montrent que les jeunes adultes surestiment le nombre de personnes qui subissent des soins de beauté. « Les jeunes hollandais pensent qu'un tiers de la population a été traité avec du botox ou des fillers, alors qu'en réalité ce n'est que quelques pourcents. A quoi mènera une telle réflexion dans cinq ou dix ans ? Je crains que nous ayons bientôt une génération qui pense que chaque corps est malléable. Cette idée peut augmenter la pression pour changer quelque chose et renforcer une image de soi moins positive.


Même si une telle injection peut sembler anodine et que l'effet s'estompera au bout de quelques mois ou d'un an, il y a toujours un petit risque que ça se passe mal, explique Alexis Verpaele, président de la Société royale belge de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Un produit de comblement peut se retrouver dans un vaisseau sanguin et le boucher, provoquant la mort de la peau. La complication la plus grave d'un traitement au Botox est la chute temporaire des paupières ou des sourcils.


Selon Hermans, l'intérêt croissant pour le botox et les fillers a plusieurs causes. La technologie s'améliore, rendant les traitements meilleurs, plus accessibles et moins chers. De plus, la culture du "visuelle" a fortement augmentée. Grâce aux réseaux sociaux tels qu'Instagram, Facebook et TikTok, nous voyons des visages et des corps parfaits 24 heures sur 24. Les influenceurs sur ces plateformes sont francs sur les procédures et identifient même un médecin ou un hôpital. "Le tabou parmi la jeune génération a complètement disparu. Avant les gens voulaient dissimuler ce qu'ils s'étaient fait faire au visage, maintenant, les jeunes hommes et femmes l'utilisent comme sujet. Une injection est un symbole de statut", déclare le chirurgien plasticien Jan Vermeylen, qui a écrit le livre "Les remplisseurs sont des tueurs". Il met en garde contre la dépendance et la surconsommation.


L'influenceuse à plein temps Talisa Loup (31 ans) parle honnêtement de son augmentation mammaire à plus de 300 000 abonnés Instagram. "J'ai fait ce choix moi-même, pas à cause de la pression sur les réseaux sociaux", dit-elle. L'opération date d'il y a huit ans, alors qu'elle était au début de sa carrière sur les réseaux sociaux. Elle a payé elle-même les 3 500 euros. Il en va de même pour le botox qu'elle s'injecte tous les six mois. Elle n'a obtenu gratuitement les fillers pour ses lèvres qu'il y a quelques années en échange d'une promotion. "Je ne ferais plus jamais ça. Cela peut être faux. Je ne veux pas encourager les autres à faire une telle chose. Cependant, je resterai honnête sur les traitements que je suivrai. Sur Instagram, vous voyez toujours la photo idéale, mais ce n'est pas la réalité. J'ai aussi mes propres combats et je veux être ouvert à leur sujet."


Les hôpitaux privés proposant une offre de botox ou de filler sont parfois très présents sur les réseaux sociaux. Sur le compte de la clinique Sarasin, un cabinet à Sint-Martens-Latem, il y a aussi des posts avec l'actrice Jamie Lee Six, la star du football Tessa Wullaert et la DJ Anouk Matton entre les photos d'avant et d'après. "Nous ne payons pas d'influenceurs pour faire de la publicité", explique Karen Sarasin, directrice commerciale. "Tout au plus, nous donnons un petit extra pendant leur traitement en échange, comme un échantillon." Ils ne font rien de mal, pense Sarasin. "Mais ce ne serait pas mal s'il y avait plus de clarté sur ce qui est et n'est pas autorisé en ligne. Nos médecins peuvent être condamnés à une amende s'ils font de la publicité ou mentionnent des noms de marque. En Belgique, la réglementation est grise, tandis qu'aux Pays-Bas, la publicité en ligne est constamment diffusée." Sarasin pense que les réseaux sociaux peuvent rendre le botox et les fillers plus attrayants. "Personnellement, je n'ai pas l'impression que nous ayons plus de patients à cause de notre activité sur Instagram. Nous n'obtenons pas soudainement plus de réservations à cause d'une publication. Le bouche à oreille fonctionne mieux."


A qui profite l'essor du botox ? A la personne qui fait les injections. C'est beaucoup plus de personnes que les 300 chirurgiens plasticiens de notre pays, déclare Verpaele de BRSPS. Avant 2013, il n'y avait aucune restriction pour que les médecins fassent des injections. Entre temps, une loi a été adoptée qui permet aux étudiants d'étudier la dermatologie ou la médecine esthétique non chirurgicale.


Les injections peuvent être faites dans un hôpital général, mais sont plus souvent faites dans des cliniques ou des cabinets privés. "Un cadre médical s'impose, mais on remarque que cela se produit aussi dans d'autres lieux, comme les soirées botox." Verpaele appelle cela inquiétant. "Même si ce n'est pas autorisé, de plus en plus de non-médecins font des injections pour une fraction du prix. Nous voyons plus de complications et de résultats indésirables."


Ces dernières années, les chaînes internationales de cosmétiques ont trouvé leur chemin vers notre pays. Ils ne coûtent pas cher. Faceland, avec un chiffre d'affaires de 30 à 35 millions d'euros par an, en fait partie. L'entreprise d'origine néerlandaise est active dans quatre pays et effectue jusqu'à 150 000 procédures par an. Dans notre pays, elle est présente à Anvers, Gand et Bruxelles. Bruges suivra en octobre. L'ambition est de rendre la médecine esthétique accessible.


Si vous cliquez sur 'toujours le prix le plus bas' sur le site de Faceland, vous verrez qu'un lip flip - une subtile courbure de la lèvre supérieure au botox peut se faire à partir de 65 euros. Faire disparaître une ride intersourcilière est possible à partir de 80 euros. Certains chirurgiens plasticiens flamands, qui facturent rapidement le double du prix, remettent en cause les prix et surtout la qualité. "Inutile, infondé et incorrect. Nous nous concentrons plus que d'autres sur la rentabilité", déclare le chirurgien plasticien et directeur médical Stijn Bauland. Il contredit que Faceland donne de moins bons traitements. "Nous travaillons avec des médecins expérimentés et agréés qui font ce travail à plein temps. Et parce que nous traitons tant de patients, nous pouvons obtenir des prix d'achat extrêmement compétitifs."


Pour Hoorelbeke, elle ne perd pas le sommeil malgré le prix d'un traitement : "j'aurai perdu au total 2 000 euros. C'est beaucoup d'argent, mais je me sens bien. Les injections font partie de mon rituel beauté. C'est comme aller chez le coiffeur ou chez l'esthéticienne".


Cet article nous met en garde contre les grands centres de médecine esthétique et la marchandisation des actes esthétiques non-invasifs... Souvent, nous avons tendance à aller là où ce n'est pas cher, pourtant ce n'est pas le mieux et ça peut être très dangereux ! Il existe aussi des centres esthétique qui pratique maintenant des injections : celles-ci sont souvent faites par des esthéticiennes... Il suffit pourtant que le geste soit mal fait pour paralyser une partie du visage. Nous vous conseillons vivement de faire vos injections chez un Docteur, qui connaît l'anatomie de l'être humain.


Sachez que le Dr Ortiz est spécialiste des injections d'acide hyaluronique et de Botox ainsi que de fils tenseurs.




Retrouvez l'article en néerlandais ici (accès premium) : https://www.tijd.be/ondernemen/farma-biotech/botoxindustrie-boomt-lipbehandeling-al-vanaf-65-euro/10407269


8 vues0 commentaire